Tourisme Ouest Var
Skip Navigation LinksVar-Loc > Tourisme > Six Fours les Plages > Île des Embiez, naturelle et familiale
Le 4. novembre 2014 à 18h49

Six-Fours   Île des Embiez, naturelle et familiale

Les Embiez, c’est l’une des 2 îles Paul Ricard avec Bendor. Cette île préservée est aussi un lieu touristique familial et son port est un havre de paix unique en son genre.

Les Embiez vus du Brusc.

Les Embiez vus du Brusc.

Situé à un km du port du Brusc, l’ile des Embiez est en fait le regroupement de 2 iles, celle de la Tour Fondue au nord-est et celle de l'île Saint-Pierre, reliées par des limons et des alluvions. Sur ces alluvions ont été créés des marais salants dans lesquels, après la cessation de leur activité en 1937, a été creusé à partir de 1960 l'actuel port Saint-Pierre.

L’ombre de Paul Ricard


Il est impossible de parler de l’ile des Embiez sans parler de Paul Ricard. D’abord, parce que cette ile de 95 ha appartient à la Sté Paul Ricard, ensuite parce que sa présence est partout affichée. Cet entrepreneur français né à Marseille est le créateur du Pastis Ricard, vendu dans le monde entier. Celui qui fut le maire de Signes, dans le haut Var, a aussi créé le Circuit Paul Ricard, un temple des sports mécaniques, qui a accueilli les plus grandes manifestations de sports mécaniques. Homme d’affaires hors-normes, paternaliste et proche de ses employés, Paul Ricard a aussi été un grand mécène du sport et de l’art et un grand amateur de tauromachie. Il a construit en 1955, sur le domaine de Méjanes à Arles, les arènes de Méjanes qui sont devenues un des hauts lieux de la corrida de rejón. Paul Ricard est décédé le 7 novembre 1997, mais son ombre et le respect qu’il génère est toujours très fort.

Science de la mer et vignes


C’est en, 1958 que Paul Ricard a racheté Les Embiez. Il y a créé l’Institut Océanographique Paul Ricard, toujours en activité, qui met en œuvre de nombreux programmes de recherche sur la biodiversité et la protection de l’environnement, un aquarium, un musée de la mer et aussi une arène. Chaque année s’y déroule une féria. L’ile abrite aussi des vignes. Un domaine viticole, d'une superficie de 10 ha environ, produit des vins AOP. La production est réduite (30 000 à 40 000 bouteilles), mais de qualité avec un rosé réputé, un rouge intense et un blanc aux notes d’agrumes intéressantes.

Un port bien protégé


Pour venir aux Embiez, soit il faut prendre la navette maritime au Brusc ou à Sanary, soit il faut venir en bateau. La traversée ne dure qu’un petit ¼ d’heure et le port est bien abrité. Il dispose de 750 anneaux et peut accueillir des navires de 40 m de longueur. Il est équipé d'une station de distribution de carburant, d'un bassin de carénage pouvant accueillir des navires de 35 tonnes, de 3 points d'accès aux douches et sanitaires ainsi que d'une distribution d'eau douce et d'électricité sur les quais. Il est labellisé ‘Pavillon Bleu’ et certifié ISO 14001, grâce à son dispositif pour récupérer les eaux grises et les eaux noires. Sur le quai d’accueil, outre le bureau de tourisme, on y trouve une supérette et un shipchandler.

Une station balnéaire complète


Le premier restaurant que l’on découvre est le célèbre ‘Chez Charles’. Si sa cuisine est simple et traditionnelle, c’est là où se retrouvent souvent les habitants et employés de l’ile. C’est l’endroit convivial par excellence, qui organise lotos et autres diners régulièrement. On s’y retrouve aussi autour d’un match de rugby du RCT, diffusé sur la télé du bar. L'île possède deux hôtels, l’Hélios et le Canoubié. Le premier affiche 4**** depuis peu et le second devrait fermer en 2015. Sinon, pour se loger, 150 appartements sont disponibles à la location. Coté restauration hormis Chez Charles, directement sur le port, 3 restaurants de différents styles sont regroupés sur la place centrale. Il y a Le Barbecue, Le Garlaban (qui redeviendra en 2015 un restaurant de mer) et le Jardin d’Hélios, dans l’hôtel du même nom. Toujours autour de la place, outre quelques snacks et vendeurs de glaces, on y trouve des boutiques de souvenirs et de textiles, une boulangerie, un distributeur automatique de billets (à la Capitainerie) et un guichet de poste (ouvert en été uniquement). Il y a aussi des salles de séminaires et de réception et une magnifique petite chapelle, lieu privilégié d’une bénédiction chaque année.

Animations pour tous


Sur l’ile, il y a évidemment les activités balnéaires traditionnelles (Club nautiques, club de plongée, location de vélos, rosalies, les terrains de tennis…). Il y a aussi le petit train. Christian, son gérant est une personnalité incontournable de l’ile. Cet ancien chauffeur de la propriété Paul Ricard est toujours admiratif de son ancien patron. « J’ai tellement de souvenirs de cette époque. Il m’a appris à travailler, à mériter le respect. Il était très proche des gens, de tous. Il nous poussait toujours à se dépasser ». Encore aujourd’hui, il rend hommage au quotidien à Paul Ricard, en s’arrêtant tous les jours pendant sa visite sur sa tombe, et fait partager aux vacanciers son histoire et ses engagements ! Un tour de l’ile avec lui, c’est de l’histoire, de la botanique, mais aussi des anecdotes nombreuses.
Aux Embiez, le Comité des Fêtes est très actif et chaque année, de nombreuses manifestations y ont lieu. Les arènes accueillent chaque année une féria (sans maltraitance ni mise à mort de taureau). Il y a l’election de Miss Embiez, des soirées musicales, des expositions, des journées d’initiation aux arts du cirque, un marché provençal tous les lundis matins, des conférences à l’Institut Océanographique Paul Ricard, un concours de chant, une soirée Spectacle Brésilien, le Marché des créateurs, la Fête de la Mer du 15 août, une journée handisport etc… Dès la saison 2015 un club pour enfants est prévu. Le planning est disponible sur le site de l’Ile des Embiez. Enfin, sur l’ile, il est aussi possible d’organiser des événements privés (Anniversaires, mariages, fêtes religieuses…).

Quand Paul Ricard avait racheté les Embiez, seuls restaient un fort abandonné et une tour en ruine au sommet. Pour lui, ce lieu était ce que la nature offre de mieux pour s’évader et rêver. Il avait fait un vœu : Protéger ce paradis naturel et en faire une destination pour tous ceux qui aspirent à se ressourcer et à se retrouver, loin des foules et de la pollution du continent.
Son pari est réussi et de sa tombe, là-haut, au pied du phare, il veille…

PH, le 04 novembre 2014

Autres photos:

Le petit train. Chez Charles L'institut océanographique
Le petit train.