Tourisme Ouest Var
Skip Navigation LinksVar-Loc > Tourisme > Six Fours les Plages > Le Brusc, le village des irréductibles
Le 17. octobre 2014 à 10h11

Six-Fours   Le Brusc, le village des irréductibles

Le Brusc, c’est un village dans la ville de Six-Fours, c’est un monde à part avec ses commerces, ses animations, ses habitants fidèles à leur lieu de vie et son ambiance incroyable. Il s’y passe toujours quelque chose et il n’y manque qu’un Abraracourcix.

Le port

Le port

Les Romains et les autres n’ont qu’à bien se tenir, les irréductibles du Brusc existent et sauvegardent leur village avec… joie et bonne humeur. S’ils n’ont pas véritablement de chef, ils se sont regroupés sous une bannière, celle du CLAB (Comité de Liaison des Associations Bruscaines). Le Brusc a une vie et pourrait être une commune autonome, tellement on y trouve tout. On y va par le bord de mer, à partir de la plage de Bonnegrâce ou par l’intérieur, en sortant du centre de Six-Fours. Organisé comme une station balnéaire, les 2 chemins débouchent sur le port, avec, à droite les bateaux et à gauche les commerces et restaurants. L’extrémité du port, va vers la pointe du Gaou avec le passage sur l’ile du même nom. L’autre ile, plus grande, que l’on voit aussi bien du Port du Brusc que de la pointe du Gaou, c’est l’Ile des Embiez, propriété de la Sté Paul Ricard. Son accès se fait par des navettes maritimes à partir du port, avec un billet acheté à la Capitainerie du Brusc.

Ca vit !


En fait, le Brusc, c’est un petit St Tropez des années 60, les paillettes en moins et les pêcheurs en plus. Les pêcheurs, même si leur nombre diminue, sont encore 4 à l’année et une dizaine en période estivale. Ils partent du port du Brusc et vendent leur pêche sur le port ou aux restaurants avoisinants. Que du frais et du vrai !
Tous les jeudi matin, la rue du port laisse place au marché, alors que les nombreux commerces, bars et restaurants sont ouverts. Certains sont typiques, comme le Bar du Rivage, lieu de rencontre privilégié des anciens bruscains, mais aussi des amateurs de boules provençales, puisque le siège de « La boule joyeuse des iles » y a élu domicile. D’ailleurs, plusieurs concours de boules, dont certains importants, comme le National, qui regroupe chaque année le gratin de ce sport, s'y déroulent. La finale a toujours lieu ici, sur le terrain adjacent au Bar. Mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi la Journée Américaine, la Bouil’Bouille, une bouillabaisse géante, des vides-greniers, des concerts à l’Eglise St Pierre, des expositions à la Maison du Patrimoine ou à l’Espace Jules de Grelling, et d’autres sports, comme l’EFE (European Freestyle Expression) qui réunit les meilleurs du monde dans cette spécialité.

Tout sur place


Quand on est au Brusc, pas besoin d’aller chercher quelque chose ailleurs. Le ‘village a sa poste (en face de l’église), ses supermarchés (pas hypers, mais suffisants), ses multiples parkings, sa capitainerie avec son distributeur de billets, ses médecins, sa pharmacie et ses commerces en quantité (fleurs, piscines, tabac, électro-ménager, son vendeur de matériaux, ses agences immobilières et évidemment ses restaurants…).

Des loisirs à foison


A l’entrée du Brusc, il y a la plage. Celle du Cros a son propre parking et les autres vont jusqu’à la plage de Bonnegrâce en suivant le chemin du littoral (Plage du Rayolet et de multiples criques), alors que de l’autre côté, le port s’étend en mouillages forains jusqu’à la pointe du Gaou, en passant par la base nautique. Là, on peut y pratiquer la voile, le canoé, le kayak, alors qu’un peu plus loin, au bout de la plage du Cros, se trouve une autre plage, tout en galets celle-ci, avec à son extrémité, la Cahute, un club de windsurf et stand-up-paddle qui fait de la location, des stages et qui organise des sorties de groupe au coucher du soleil en été. A côté, il y a aussi une location de canoés. Il ne faudrait pas oublier les locations de bateaux ou Jet Ski, ni l’Aquascope, qui permet une visite des fonds sous-marins, en famille.

Le Brusc, c’est un peu comme le chant des sirènes en fait : on en entend parler, on y vient et on n’a plus envie d’en repartir !

PH, le 17 octobre 2014

Autres photos: